Samedi 17 juillet 

à 15h


Le serpent blanc
 

Par l'Ensemble Poursuite, création collective. 

Conte initiatique tout public à partir de 5 ans

Ce spectacle mêle théâtre, musique, décors masques et vidéo pour dépoussiérer la forme classique du conte de fée, vecteur universel de sagesse populaire.

Pensé comme un dessin animé pour petits et grands, il invite à réfléchir, à rire, et à rêver. Sur l’île d’Andalo, des personnages hauts en couleurs, des animaux très attachants et des chants du monde entier viennent évoquer l’importance du pardon, du respect, des différences et de l'amour.

à 17h au Musée de Balzac à Saché


De Europe à Dédale 
Récits de la mythologie grecque 
avec Fabienne Avisseau, conteuse et François Cornu, pianiste 


Europe, Zeus, Minos, Thésée, Dédale... Autant de héros divins ou mortels qui nourrissent depuis toujours notre imaginaire. Leurs émotions, leurs rencontres, leurs quêtes et leurs déboires ne sont-ils pas, peu ou prou, le reflet des nôtres... ou ce que nous en rêvons ?
Fabienne Avisseau, conteuse, passionnée par ces récits, vous emmènera voyager dans la Grèce antique à la rencontre de ces personnages mythiques qui vous paraîtront ainsi plus familiers. En ponctuation de ces récits, le piano de François Cornu ouvrira un espace mystique et légendaire avec des Préludes de Claude Debussy.

 

21 bis une une légère blessure.jpg

à 18h30

Une légère Blessure 
Texte de Laurent Mauvignier, mis en scène par Jean-Marie Sirgue,

interprété par Geneviève Demongeat


Une femme nous livre ses désarrois intimes à rebours de sa vie et c’est à la fin du spectacle qu’on découvre « la légère blessure » initiale. On la découvre profonde autant que légère parce qu’infligée au sortir de l’enfance et dans le cadre familial. Cette même famille, au grand complet que la femme s’apprête à recevoir. C’est pour eux qu’elle a engagé une cuisinière... Faute de langage commun, il n’y a pas de dialogue entre la femme et sa jeune cuisinière africaine. Et c’est cette incompréhension mutuelle qui va permettre, à la femme, de se livrer totalement , comme on se confie au vent, à une tombe ou à son chat ... 


Vaugarni a accueilli cette création en résidence, aujourd'hui c'est "la Première".

10 Ambition dévorante .tiff

à 20h30

L'ambition dévorante 
par l'Ensemble poursuite, création collective

 

Au carrefour entre le théâtre de boulevard, l’opéra- bouffe et le dîner-concert, L’Ambition Dévorante transcrit les codes du vaudeville, ses quiproquos et sa folie, et s’appuie sur les œuvres de grands compositeurs du genre comme Offenbach ou Varney pour revisiter avec second degré la forme opérette. Le texte, les chants et la mise en scène survitaminée, s’unissent dans l’humour et le burlesque, pour mettre le goût au diapason des oreilles.